Solarium

Solarium est une pièce d’orgue d’environ deux heures, destinée à être jouée à l’aube dans les églises. Imaginée pour l’after, ce temps de relâchement après la frénésie d’une nuit techno, elle s’appuie sur la puissance émotionnelle du lever du jour pour encourager les croisements de public, s’adressant tout autant à des amateurs de musiques électroniques qui souhaitent terminer leur nuit auprès des fréquences réparatrices de l’orgue, qu’à un public venant de se réveiller en quête d’une nouvelle expérience temporelle.

Nourrie par les valeurs de la rave culture, la pièce revendique la liberté de ses auditeurs et leurs mouvements : dans la nef de l’église où des haut-parleurs amplifient discrètement l’instrument, le public se déplace à son aise, se couche ou s’assoit sur des matelas, décidant librement de se focaliser sur la partition ou de s’oublier dans le son.

À l’heure du numérique et de la surconsommation musicale, imaginer de nouveaux dispositifs pour écouter de la musique ensemble demeure une possibilité de créer de l’inouï. Ainsi, plus que la projection unidirectionnelle de l’œuvre d’un artiste vers un public, Solarium se veut le vecteur d’une expérience collective, dont l’accomplissement repose sur l’entrecroisement serré de tous les éléments, qu’ils soient musicaux, scénographiques, corporels ou sociaux.

Créée le 22 septembre 2019 à l’Eglise du Gésu de Toulouse à l’occasion du festival Electro Alternativ.

Composition  : Maxime Denuc
Orgue : Cindy Castillo
Diffusion du son : Benjamin Maumus

Production : Regarts en collaboration avec le GMEA, Centre musical de création musicale Albi-Tarn et Toulouse les Orgues.
Avec le soutien de la Mairie de Toulouse